Broder son héritage sur Amy Wissad Couture

Lors de l’évènement Ethno-tendance Fashion Week 2016 organisé à Bruxelles ( https://myellepages.com/2016/10/26/ethno-tendance-fashion-week-brussels-pour-une-mode-qui-rassemble/ ), nous avons eu l’occasion de rencontrer des créateurs mais surtout des créatrices de talents ( esprit My « Elle » Pages m’oblige à le rappeler ) 😉 . Des personnes qui font preuve de génie, qui touchent nos cordes sensibles à travers des oeuvres d’art. Parmi elles, je vous présente Amina. Amina est à la tête de la marque Amy Wissad Couture. Une marque féminine, pointilleuse, pleine de finesse. Le top dans l’histoire c’est qu’Amy Wissad Couture est le résultat de la passion d’Amina, son regard neuf sur la mode qu’elle marie avec élégance avec son héritage culturel. Une marque authentique que je vous invite à découvrir.

Broder son héritage sur Amy Wissad Couture

photo amy wissad titan.jpg

Crédit photo: @Titan

Fergie : Bonjour Amy.

Amy : Bonjour.

Fergie : C’est un plaisir de faire ta rencontre. Tes créations Amy, m’ont bluffées. C’est original, c’est raffiné. Ce sont les qualités que j’ai repéré automatiquement sur tes créations et j’ai tenu à ce que tu sois présente avec moi aujourd’hui pour cette interview et savoir un peu plus et que les auditeurs puissent savoir un peu plus de toi. Qui est Amy Wissad ?

Amy : Je m’appelle Amina, j’ai 27 ans, je suis autodidacte. J’ai un petit peu étudié la mode, depuis que j’ai 16 ans au Maroc. J’ai fait des stages au Maroc où j’ai appris tous les travaux initiés à la main comme la broderie, la passementerie. J’ai commencé avec ça. Ensuite, je me suis inscrite dans une école de mode et création. J’ai poursuivi dans une autre école à Francisco Ferrer c’est une grande école de mode à Bruxelles mais je ne me retrouvais pas vraiment dans le programme que me proposait cette école. Du coup, j’avais très vite envie de faire ce que moi je voulais faire donc je me suis lancée avec une amie. On a commencé à faire des shooting des petites pièces que j’avais crée pour ma soeur et je les avais publié bêtement sur Facebook. Facebook, c’est un très, très bon réseau parce que j’ai été directement repérée pour un évènement. Donc ça été d’abord pour un évènement et ensuite très, très vite je n’ai même pas eu le temps de réaliser que j’étais dans le bain. C’est un peu le début.

Fergie : Ça fait combien de temps que tu participes à l’évènement Ethno tendance?

Amy : A Ethno-Tendance, c’est ma troisième participation. J’ai commencé en 2012 ou 2013, c’était la deuxième édition d’Ethno-tendance. J’ai fait également la 4ème édition et là c’est la 5ème

Fergie : On a pu remarquer effectivement sur tes créations qu’il y’a un travail de broderie, il vient justement de ton héritage de formation au Maroc ?

dscn2642

Amy : Il faut savoir que moi je viens du sud du Maroc. Là-bas, il y’a énormément d’artisans marocains. Il y’a également des tribus berbères, c’est plus des régions berbères, on va dire ça comme. Et moi, je me suis inspirée de ces régions-là parce qu’ils font eux-mêmes leurs vêtements et même leurs bijoux, leurs broderies etc. Je me suis inspirée de ces régions, en faisant des robes plus glams, on va dire.

Fergie : On le rappelle, ta marque c’est Amy Wissad Couture. Qui est la femme Amy Wissad couture ? Comment tu la définirais ?

dscn2661

Amy : Je la définirais élégante en toute circonstance et quelqu’un qui ose aussi porter des choses raffinées et riches. Pas spécialement au niveau du prix. Mais parce que c’est un travail, c’est plus porter une histoire que de porter juste de la mode, qu’on peut acheter n’importe où. Moi, je veux que les gens portent toute l’histoire mais pas seulement un beau vêtement.

Fergie : Et sur la collection que tu nous as présenté lors de l’évènement Ethno-Tendance Fashion week, quel est a été ton processus de création? Qu’est ce qui t’a inspiré ?

dscn2663

Amy : Comme je le disais ce sont vraiment les régions berbères. Je l’ai appelé le « berberisme » (rires) parce qu’il faut vraiment voir ces gens là pour comprendre. Généralement quand on voit mes créations, les gens me disent, je connais ça, j’ai déjà vu ça, ils comprennent vite où je veux en venir. Voilà, les régions berbères c’est un peu, comme toutes les régions qu’on voit en dessous de l’Afrique, enfin je ne connais pas tous  les noms, des gens, des tribus qui font des choses très artisanales.

Fergie : Après cette fashion week, quelle sera ton actualité ?

Amy : Pour le moment, j’essaie de me concentrer sur la création de mon entreprise, le développer et devenir vraiment une marque de prêt-à-porter haut de gamme. Ça prend un peu de temps et du coup, du travail. On m’a aussi proposé d’autres évènements, j’y réfléchis encore, je n’ai pas encore donné ma réponse.

Fergie : Quels conseils tu donnerais à un jeune créateur, artiste qui aimerait se lancer dans le domaine de la mode ?

Amy : Qu’il faut foncer, qu’il faut y aller, il ne faut jamais baisser les bras même si, par expérience on m’a toujours tiré vers le bas, on m’a toujours dit que je n’y arriverai pas mais j’ai toujours continué, je suis un peu têtue. Franchement, une fois qu’on a le travail abouti, on a envie de se surpasser, encore plus à chaque fois. Ça c’est vraiment génial quoi. Du coup, c’est toujours un challenge qui ne s’arrête pas. Ce n’est pas très monotone, du coup, c’est chouette.

Fergie : Aujourd’hui, quelles seraient pour toi, les difficultés que rencontre un créateur ?

Amy : Quand on est débutant, les difficultés qu’on rencontre c’est peut être l’argent car ça demande énormément d’investissement. Après, se faire connaître, se faire un public. Il faut vraiment essayer de se démarquer parce qu’il y’a tellement, tellement de concurrence, on ne se rend pas compte. Au début, il y’a énormément de concurrence. On a toujours l’impression que l’autre fait mieux. On a toujours l’envie de se surpasser mais on a l’impression qu’on a des obstacles comme ça, qu’on ne peut pas y arriver mais il faut persister.

Fergie : Quelle est ton opinion du développement « la mode africaine » ? quel est ton regard là dessus ?

Amy : Je trouve qu’on la retrouve partout. on la retrouve dans la distribution comme H&M, Zara qui proposent des pièces. Ça devient un peu difficile parce qu’on n’a plus une forme d’exclusivité sur la mode africaine parce que ça devient conventionnelle, c’est trop accessible. Ça c’est un peu difficile donc quand on veut se lancer là-dedans, il faut être très armé. Sinon, on a vite l’impression qu’on fait la même chose.

Fergie : Pour toi, c’est l’une des plus grandes difficultés que rencontre la mode africaine ?

Amy : Oui. C’est aussi en discutant avec les personnes qui y travaillent, ils ont l’impression que tout le monde fait pareil. Il y’a quand même beaucoup de travail derrière alors c’est rageant.

Fergie : Aujourd’hui, la grande utilisation du wax peut laisser croire qu’il faut forcément voir du wax pour qu’on sache que c’est le mode africain. Est ce que tu partages cette opinion là que le wax c’est la mode africaine? Ou il faut avoir une autre approche de la mode africaine ?

Amy : Je ne pense pas que le wax définit la mode africaine. L’Afrique a énormément de matières qu’on travaille donc je ne pense pas que le wax soit la définition de la mode africaine. C’est clair qu’il y’a beaucoup de gens qui l’utilisent parce que c’est génial, c’est coloré, c’est du coton, c’est très léger. En même temps, ça habille bien le corps etc. Mais après, il y’a d’autres matières même le coton peut être travaillé différemment. Il y’a d’autres créateurs aussi qui utilisent autre chose que du wax. Je trouve que c’est aussi très très beau et on peut utiliser toute sorte de matériaux si on veut faire quelque chose d’ethnique. On le voit. S’il y’a une histoire qu’on veut présenter, peu importe le matériau qu’on utilise, on sait reconnaître une mode africaine.

Fergie : Est ce que tu as un coup de coeur? Un autre créateur ?

Amy : Oui ! Oumar Dicko.

16426538_405682219777669_1743172191_n

Fergie : Oh oui.

Amy : Je l’ai rencontré l’année dernière. Il était jeune talent et on était en coulisse ensemble, on discutait un peu et il était très stressé, je m’en souviens  et quand j’ai vu ses créations, j’ai dit: « lui, il va aller très, très loin » parce qu’il est vraiment très doué mais il ne se rend pas compte. Moi j’adore tout ce qu’il fait, je suis une grande fan.

Fergie : C’est gentil pour lui. Nous sommes arrivées au terme de l’interview. Ça été un moment agréable avec toi. J’espère te rencontrer dans un autre espace, ailleurs. Merci d’être passé sur My « Elle » Pages

Amy et Fergie : ( rires )

L’intégralité de l’interview en audio est ici : 

 

Les filles, vous pouvez suivre Amina sur les réseaux sociaux. Oui! oui!

Sur facebook : Amy Amina Wissad

Instagram : @amywissad

Son site : http://amywissad.wixsite.com/amywissadcouture

 

Bisou, bisou…

My « Elle » Pages.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s