Hana fait des chatouilles à nos ti coeurs

Bonjour « Elle »,

Aujourd’hui nous accueillons Hana Ambouroue. C’est avec un grand plaisir que je partage avec vous ce portrait. Pour la petite histoire, Hana est une amie d’enfance. Nous avons effectué le primaire ensemble partageant jeux, chamailleries de la cours de recréation, des évènements communs ( anniversaires, spectacles, …). Ah! Chers souvenirs quand tu nous tiens ;-). Il y’a quelque temps, nous nous sommes retrouvées et lors de nos échanges, j’ai été séduite par Chatouilles, l’entreprise d’Hana. J’ai donc jugé bon de partager l’expérience d’Hana avec vous.

La séquence émotion achevée, je vous livre le portrait d’Hana.

Hana fait des chatouilles à nos ti coeurs

 

14716096_329841804044157_7726355181267502900_n

Fergie :Bonjour Hana Ambouroue

Hana : Bonjour

Fergie : Bienvenue sur My « Elle » Pages. Comme on le dit : « Il n’y a que les montagnes qui ne se croisent pas ». Mes « Elle », Hana est une ancienne collègue de classe au primaire. Récemment, nous avons repris contact et j’ai été enjouée par son entreprise Chatouilles. Hana, pouvez-vous vous présenter à nos lectrices ? Mesdemoiselles, vous comprendrez que le « vous » sera employé ici par pure convenance.

Hana : Je me nomme Ambouroue Nguizy Andrée Cynthia Anaelle, je suis maman d’un garçon de 4 ans et demi. J’ai une licence en management de l’environnement et depuis 2012, j’exerce en tant que QHSE ( Qualité-Hygiene-Securité-Environnement )

Fergie : Qu’est ce qui vous a incité à créer Chatouilles, votre entreprise ?

Hana  : Chatouilles par d’une anecdote, une amie a accouché et je ne savais pas quel cadeau lui offrir. Je me demandais :  » Qu’est ce que je pouvais lui offrir d’autant plus que je me doutais que toutes les courses seraient déjà faites ». En regardant dans les grandes surfaces librevilloises, je me suis rendue compte que les prix étaient trop élevés. Une grenouillère se vend à 11.000fcfa ( 16,77 euros ) voire plus. Pour offrir un kit naissance à mon amie, il fallait que je dépense 50.000 fcfa ( 76,22 euros ). Autrement dit, une somme excessive. C’est comme ça que l’idée de Chatouilles m’est venue. Je me suis dit que je vais aller dans un pays où les prix sont abordables et revendre des paniers de naissance ( grenouillère, biberon, doudou ou jouet pour enfant, une tétine ) et après pour exagérer, je mettais aussi des produits de toilette de la gamme mustella. Les prix de mes paniers varient de 10.000 (15 euros) à 50.000 (76,22 euros). Celui à 50.000 ( 76,22 euros ), je l’appelle panier bain où l’on retrouve tous les produits qui participent à la toilette du bébé (serviette, gel, …)

Fergie : A quel moment vous vous dites, je commence concrètement mon projet « Chatouilles » ?

Hana : Juste après l’idée de cadeau pour mon amie en décembre 2015, je vais en Afrique du Sud en janvier 2016. C’est drôle après le cadeau de mon amie, j’ai fait un rêve. Je me vois devant une porte et en arrière boutique des paniers de naissance et je me dis que c’est ce que je dois faire. Et du coup, je vais 4 jours en Afrique du Sud et je démarre Chatouilles. Au début, j’ai sous-estimé Chatouilles et mes ventes parce que je n’avais pas acheté un grand stock. Du coup, j’avais pas mis les moyens nécessaires. J’étais juste partie parce que je voulais démarrer mon activité. Quand je suis revenue, mes paniers se sont vite vendus et en février 2016, je n’avais plus rien. Les gens, je pense, ont adheré au concept, ils se sont dit que c’est quelque chose de nouveau. Devant le succès de Chatouilles, j’ai dû faire intervenir une autre personne qui est aujourd’hui mon associée.

Fergie : Pourquoi avez-vous choisi de nommer votre entreprise Chatouilles ?

Hana : (rires) J’étais allongée sur un canapé en Afrique du Sud, je me suis dit :  » Ok ! je suis venue investir pour mon activité mais comment va t-elle se nommer ? Je me suis dit que je voulais un nom qui fait rigoler genre « guili-guili ». Et j’ai vu une pub et c’était écrit chatouillement et je me suis dit : « ah tient Chatouilles« . J’ai testé le nom auprès de proches et j’ai compris que ça parlait et les gens accrochaient.

Fergie: Où vit votre associée et comment se déroule votre binôme ?

Hana : Elle vit au Gabon et c’est moi qui fais les voyages pour les achats en Afrique du Sud et en France. Je fais bien attention à la qualité comme les produits s’adressent aux enfants.  Mon associée s’occupe de la finance. Mais le développement du concept est totalement pensé par moi. Actuellement, j’ai fait trois expositions pour présenter Chatouilles au public. C’est d’ailleurs, lors de ces expositions que des clients m’ont inspirés à agrandir le concept. De la vente de paniers, je suis passée aux baby shower. C’est d’ailleurs grâce à une cliente que j’ai organisé ma première baby shower. Elle m’a fait confiance et m’a laissé carte blanche. Par ailleurs, j’ai aussi organisé des candy-bars lors de cérémonie de mariage.

 

Fergie : Vous proposez des accessoires et vêtements pour bébé avec du tissu wax ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hana : Oui, c’est ce qui se vend très bien. Aujourd’hui, avec la crise, c’est ce qui se vend le mieux parce que ça reste original à offrir. Je propose des protèges carnets et des bavoirs par exemple en tissu wax.

Fergie : Lors des dernières crises politiques au Gabon, avez-vous senti que votre business en a été touché ?

Hana : Touché ? oui. Parce que la fréquence des commandes et de demandes des évènements avait baissé et encore aujourd’hui. Aujourd’hui, les gens sont un peu plus retissants et font attention à leurs dépenses. Mais moi, je dirai que c’est surtout la concurrence qui explique cette baisse. Tout de même, j’ai une empreinte particulière. Je ne propose pas des pièces avec des imprimés mais à partir d’un thème, je vais proposer des couleurs qui vont se rapporter au thème. Pour un thème reine des neiges, par exemple, je ne vais pas proposer un décor avec des motifs de la reine des neiges. Je vais plutôt proposer les couleurs qui s’y rapportent. Je pense les thèmes et je fais beaucoup d’accessoires à la main pour qu’ils restent originaux et qu’on ne les retrouvent chez la concurrence.

Fergie : Qu’est ce que ça représente pour vous d’être une business woman au Gabon ?

Hana : Comparé au travail au sens « traditionnel » que j’exerçais avant, je gère mieux mon temps, je fais et je découvre certaines choses, je suis arrivée dans des milieux, où je n’aurai jamais imaginé y arriver, grâce à Chatouilles. Chatouilles m’a permise de m’affirmer, de côtoyer du monde ; pas forcément des célébrités mais des personnes qui t’encadrent et te soutiennent. Ça te donne de l’assurance. Depuis que j’ai arrêté mon travail, je ne me prends pas la tête à en chercher un autre même si parfois les fins du moins sont difficiles, tu ne sais pas si le mois suivant tu pourras vendre suffisamment pour payer les charges le mois suivant. Mais il n’y a rien de plus intéressant que d’être son propre boss. En ce moment, je suis consultante dans des boîtes en tant que QHSE (qualité, hygiène, sécurité et environnement), ce qui me permet de faire rentrer parallèlement des sous mais de manière ponctuelle.

Fergie : Quand vous avez commencé votre projet Chatouilles, comment a-t-il été accueilli par vos proches ?

Hana : Oh la la! Alors ma mère m’a dit :  » On t’a dit qu’en temps de crise, on monte un projet ? tu vas te casser la figure. C’est devenu le travail à la mode ? Tu ne peux pas te trouver un vrai boulot ? « . Je lui répondais : « Mais maman, c’est un vrai boulot. J’aime ce que je fais. Je le fais avec mes dix doigts. ». C’est merveilleux ce que je fais. Ma mère était persuadée que ce n’était pas moi qui créait mes outils et accessoires. Elle pensait que j’achetais tout fait et que je me contentais de dresser. Il fallu qu’elle m’assiste une fois, lors d’une baby shower, parce que je n’avais pas de véhicule, pour qu’elle me dise : « Tu as quelque chose dans les doigts que je ne voyais pas. « . Je lui ai répondu : « Ah ok ! tu commences à comprendre ce que je fais « . Certains  ami(e)s m’encouragent mais ne font pas appel à moi quand ils/elles veulent organiser des anniversaires. Donc je comprends que c’est juste pour m’encourager mais peu importe tant que moi je sais ce que je fais, que j’aime ce que je fais, j’avance. Jusque-là, je ne me suis jamais cassée la figure. Je continue.

Fergie : Alors ta mère t’encourage davantage ?

Hana : Ma mère, elle est à fond. Quand elle trouve des images ou des sources d’inspiration, elle me les envoie et me dit que je devrais les proposer. Elle m’encourage à trouver des investisseurs. Je suis partie après la crise post électorale à Cotonou parce que c’est là bas que je fais les vêtements pour bébé en wax…

Fergie : Pourquoi partez-vous aussi loin, ce n’était pas possible au Gabon ?

Hana : Le pagne ne coûte pas cher à Cotonou contrairement au Gabon. Je rentabilise mieux en faisant les vêtements à Cotonou plutôt qu’au Gabon.

Fergie : Malgré le coût du billet, du logement, etc ?

Hana : Heureusement pour le logement, je n’ai pas à me poser la question, on y a une maison. Ce qui s’avère être un bon plan pour moi en terme de production a un coût beaucoup moins élevé qu’au Gabon. Chatouilles a même séduit en dehors des frontières gabonaises car dès mon arrivée, une dame m’a demandée de lui organiser une baby shower mais n’ayant pas le matériel nécessaire et ne sachant pas non plus où me fournir, j’ai refusé. Mais encore aujourd’hui, cette même dame m’encourage à ouvrir ma boutique à Cotonou. Ce qui m’incite à me projeter.

Fergie : C’est génial parce que ça signifie que vous pourrez peut être ouvrir des extensions de Chatouilles ailleurs et en faire une marque internationale.

Hana : Oui c’est ce qu’elle m’a dit. Elle m’a fait remarquer qu’il y’en a qui entreprennent dans ce domaine seulement parce que c’est le business du moment, qui rapporte de l’argent, mais ne tiennent pas la route. Or moi, ça fait un an que j’y travaille avec les hauts et les bas sans lâcher. Nous nous étions séparées sur ces mots mais j’étudie la question.

Fergie : Quels conseils vous donneriez à d’autres femmes qui aimeraient entreprendre au Gabon ou même de manière générale ?

Hana : Foncer ! (rires ). Mais c’est vrai. je me suis découverte une passion qui, même lorsque j’avais un travail « classique », me tenait le coeur. Je n’arrivais plus à me concentrer sur ce travail. J’avais compris, à ce moment là, que j’étais faite pour ma passion. Quand tu as un rêve, tu veux réaliser un projet, il faut foncer sinon tu ne reçois jamais la réponse.

Fergie : Comment peut-on accéder aux services de Chatouilles ?

Hana : C’est possible via ma page : https://www.facebook.com/chatouillesgabon/?fref=ts où l’on retrouve mon numéro de téléphone. Un message automatique vous signalera que je vous répondrai sous peu.

Par mail (chatouillesgabon@gmail.com) pour obtenir des devis parce que je suis en partenariat avec une autre dame qui confectionne les gâteaux donc il faut du temps en amont pour préparer les pâtisseries.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fergie : En ce début d’année, que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite ?

Hana : Que je m’accroche. Actuellement, j’encaisse un peu les coups bas de la crise. Mais quand je regarde les photos, le parcours de Chatouilles et les messages encourageant de mes client(e)s, je me dis que je dois continuer à me battre.

Je remercie Hana de son passage sur My « Elle » Pages, de partager avec nous son expérience très enrichissante et de ses éclats de rire qui réchauffent le coeur.

Bisou, bisou…

My « Elle » Pages.

Une réflexion sur “Hana fait des chatouilles à nos ti coeurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s